La Revue

Freud, un enfant de l'humour
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°67 - Page 13 Auteur(s) : François Marty
Article gratuit
Livre concerné
Freud, un enfant de l'humour?

Freud était-il un enfant de l'humour ? Sans aucun doute répond l'auteur, psychanalyste et chercheur, dont l'ouvrage nous en offre la démonstration rigoureuse. C'est en effet en interprète de l'homme Freud et du texte freudien que Jean-Pierre Kamieniak s'interroge sur l'énigme de ce processus intrapsychique dont les manifestations sont tant prisées.

Pourquoi, après avoir écrit Le Mot d'esprit et sa relation à l'Inconscient en 1905, revenir sur cette question vingt-deux ans plus tard dans ce petit « papier » fulgurant aux accents mystérieux qu'est L'humour, lu par sa fille Anna au congrès d'Innsbruck ? C'est que l'humour est une voix féminine et le surmoi qui la porte d'essence maternelle nous dit J.-P. Kamieniak, s'appuyant judicieusement sur l'histoire personnelle et théorique, inextricablement mêlées, du génie juif : il constituerait le témoignage réitéré de la présence en lui de cet Autre de l'identification primaire, la mère, dont il est sûr de se faire inconditionnellement aimer.

On ne peut en effet que s'étonner, avec l'auteur, de la relative mésestime en laquelle Freud a tenu le Mot d'esprit, bien que cet ouvrage ait contribué à l'évidence aux fondements de la science nouvelle. C'est que, nous démontre-t-il, ce dernier appartient aussi aux matériaux de l'auto-analyse et que, à travers le Witz, dans cet effort pour dénouer les fils de l'étoffe dont il est fait, ce conquistador s'est trouvé ici directement confronté à l'énigme de son identité. Une identité inscrite dans la judéité qui, si elle renvoie, bien entendu, à Jacob le colporteur, ouvre plus sûrement encore sur ce personnage féminin/maternel des origines incarné par la belle Amalia - au cour même du processus humoristique - et tenue dans le plus grand respect. Ce faisant - et bien qu'il s'en défende - c'est à l'élaboration métapsychologique du lien à la mère des origines que Freud nous convie et nous conduit à travers L'humour dont elle constitue indéniablement la matrice.

Telle est la leçon de ce livre à laquelle on souscrit d'autant plus volontiers que, fourmillant d'idées et de données nouvelles, elle nous offre un portrait émouvant et fort peu connu du grand homme.