La Revue

Les adolescents en institution de rééducation
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°81 - Page 19 Auteur(s) : Olivier Douville
Article gratuit
Livre concerné
Les adolescents en institution de rééducation

L'auteur est psychologue, docteur en anthropologie, habilité à diriger des recherches. Ancien directeur de jour de l'hôpital pour enfant de la fondation Croix St Simon et actuellement directeur d'un institut de rééducation, il a publié, déjà, chez Dunod, L'Enfance inadaptée, en 1993, puis, quatre années plus tard, Travailler avec des enfants malades mentaux.

L'ouvrage qu'il nous propose aujourd'hui a comme objectif de présenter, dans leur spécificité et dans leurs modalités d'articulation, les modes de prise en charge éducative, pédagogique et thérapeutique de ces enfants et adolescents "difficiles" dont on parle tant et si mal (par exemple l'expression pathétique et condescendante de "sauvageons"). Le livre de Claude Wacjman s'adresse aux professionnels de la santé mentale et du champ socio-éducatif. Didactique, il se complète d'un index et d'une bibliographie représentative. Rédigé avec une clarté de ton qui ne congédie en rien l'élégance, il permet au moins deux choses :

- d'examiner sur le plan administratif ce secteur de l'action sociale,

- et d'en comprendre, au plan clinique la situation.

S'agit-il alors de présenter un état des lieux ? On trouvera ici ce qu'il convient d'informations et d'objectivité pour dire qu'un panorama informatif de belle tenue est proposé au lecteur. Il convient d'ajouter, tout de suite, que le second de ces objectifs ouvre à un examen des approches théoriques de la psychologie, de la psychanalyse et de l'anthropologie à l'ouvre dans le domaine concerné.

Le plan de ce livre est simple, qui fait une part importante aux éléments de psychopathologie et aux questions d'anthropologie. L'auteur expose et prend position, au passage, et dans des termes précis, contre le réductionnisme nosographique et contre les brouillages folkloriques et communautaristes apportés par les ethnopsychiatres d'aujourd'hui.

L'adolescent est bien décrit, et compris, comme un des paradigmes du sujet en décalage dans nos mondes contemporains (je paraphrase ici M. Cadoret, dont les travaux sont, avec ceux de F. Benslama, F. Richard et quelques autres cliniciens engagés dans des rencontres avec l'anthropologie, cités par l'auteur). Il est aussi entendu comme un producteur de sens et de lien social, du moins potentiellement, et ce à partir des conduites aux limites qui ne sont pas analysées selon un modèle déficitaire (l'acting comme déficit de symbolisation étant par exemple une de ces tartes à la crème, le cliché en est démonté ici). Dans et par ses errances et ses acting l'adolescent interroge et met en scène, la symbolisation est aussi fonction de la réponse qu'on y apporte. La réalité institutionnelle est entendue au plan de ses fonctions réelles, de ses implications symboliques et de ses inerties imaginaires. La culture de l'auteur est ici manifeste qui se situe comme un militant de l'institution thérapeutique, distinguée (mais non opposée) de la psychothérapie institutionnelle. On peut aussi nommer cette première comme l'institution soignante (cf. le numéro 12, éponyme, de la revue Psychologie Clinique dirigé par l'auteur.)

Comment un tel livre ne prendrait-il pas position, en manifestant une inquiétude motivée vis-à-vis des aspects actuels technocratiques et scientistes qui ne peuvent que s'opposer aux effets de la recherche des équilibres et des modifications dont la collectivité soignante construit et porte les aspects individuels, singuliers, ouverts ? L'institution soignante (dans ses aspects thérapeutiques et éducatifs) peut, tout en reconnaissant ses impossibles, continuer à s'inventer, pour que la présence et le parcours de l'adolescent en errance de lien puisse prendre sens pour lui.

Ce livre est aussi un manifeste qui encourage à penser l'institution et à innover.