La Revue

https://www.virtualsandtray.org/
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°242 - Page Auteur(s) : Yann Leroux
Article gratuit

Le bac à sable virtuel

https://www.virtualsandtray.org/

Depuis les premiers explorations de l'ISMHO (International Society for Mental Health Online) les psychothérapeutes utilisent avec succès la visioconférence avec leurs clients. La période de pandémie Covid et les mesures de confinement ont accéléré le mouvement vers l’utilisation de ces services. La plupart des psychothérapeutes utilisent WhatsApp, Skype, Facetime ou Google Hangout. Cependant, la visioconférence a un intérêt limité pour les enfants ou les personnes dont les compétences verbales sont faibles. Pour ces situations, Virtual Sandtray est une solution.

Comme son nom l’indique, Virtual Sandtray est une application numérique de la technique du bac à sable développée par Margaret Lowenfeld dans les années 20. Le psychothérapeute met à la disposition de ses jeunes patients des figurines de toutes sortes et d’un bac à sable, ce qui leur permet de créer des “mondes” faits à l’image de leurs mondes internes et de leurs conflits.

Dans sa version virtuelle, le bac à sable peut être utilisé dans une thérapie à distance comme dans une thérapie en face à face. Le thérapeute peut utiliser le bac à sable virtuel dans des séances en co-présence ou à distance, mais aussi dans le cadre de thérapie de groupe ou familiale. Le patient et le psychothérapeute posent des objets, des personnages ou des animaux dans l’espace de jeu. La sauvegarde des sessions de jeu permet à un thème de se déployer sur plusieurs séances. Il est aussi possible d’envoyer la session de jeu à un superviseur pour examiner en détail la dynamique de la séance.

Le bac à sable virtuel est pour l’instant disponible uniquement sur iOS. Il faut donc un iPad ou un iPhone. Il a aussi l’inconvénient d’être assez onéreux puisque l’application coûte 170 euros. Mais le dispositif reste cependant intéressant. Il montre qu’avec un peu de
programmations, la numérisation des dispositifs thérapeutiques anciens ouvre de nouvelles perspectives.


Yann Leroux
yann.leroux@laposte.net