La Revue

Le temps qui passe...
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°189 - Page 50 Auteur(s) : Alain Mijolla de
Article gratuit

Jeudi 7 mai 1885 -  Lettre de Freud à Martha : « Mes trésors sont arrivés aujourd'hui et m'ont rendu très heureux. Je ne me figurais pas le portefeuille aussi bien conçu, il me sera très utile ; le petit bloc d'ordonnances est tout simplement ravissant, je ne peux vraiment pas croire que tu n'aies eu que si peu d'indications au sujet de ce que je voulais ; mais je ne vais pas m'en servir encore car il est trop beau, je vais attendre d'avoir une vraie clientèle. Quant aux biscuits ils ont un goût exquis et prononcé d'aromates ; je n'imaginais pas que des biscuits puissent être aussi délicieux. Tous ces témoignages de tendresse m'ont plongé dans une joie où il m'est venu toutes sortes de pensées qui ont abouti à ceci : il en est des préparatifs d'un mariage comme de la confection d'un article, on n'a jamais fini, il faut enfin se fixer un terme et couper court. Et, pour ma part, j'ai décidé que nos malheurs devront prendre fin le 17 juin 87, que ce jour-là nous deviendrons mari et femme, que les choses aillent bien ou mal ou même pas du tout. Pourquoi ne pourrions-nous pas supporter ensemble certaines épreuves et, de toute façon, nous serions tranquilles la première année grâce à ton argent - à ce moment- là le mien aura été dépensé. La réalisation de ce projet, dont je parle très sérieusement, dépend encore de l'assentiment d'une seule personne, du tien, ma petite Martha ».

Dimanche 3 mai 1936 -  Lettre de Freud à Einstein : « Il me faut pourtant vous dire combien je suis ravi d'apprendre que votre jugement s'est modifié ou tout au moins commence à se modifier. Naturellement, j'ai toujours su que vous ne m'admirez que "par politesse", mais que vous ne croyez que bien peu à toutes mes assertions. Or je me suis souvent demandé ce qu'on peut réellement y admirer si elles sont erronées, c'est-à-dire si elles ne contiennent pas une grande part de vérité. Ne pensez-vous pas d'ailleurs que j'aurais été beaucoup mieux traité si mes théories avaient contenu un plus grand pourcentage d'erreur et d'absurdité ? Vous êtes tellement plus jeune que moi ; quand vous aurez atteint mon âge, j'ose espérer que vous serez devenu un de mes disciples. Comme je ne serai plus là pour l'apprendre, je m'offre maintenant à l'avance cette satisfaction (vous voyez à quoi je pense : "Dans ce pressentiment d'une si grande félicité, je jouis maintenant... etc." ».

Mardi 2 mai 1950 - Lettre de Marie Bonaparte à Rudolf Loewenstein : « Anna Freud a passé plusieurs semaines aux États-Unis où elle a fait plusieurs conférences. Liesje et moi avons assisté à quelques-unes d'entre elles, ce qui nous a fait voyager. De plus, je viens de présenter deux communications aux Congrès américains de Psycho Analyse et de psychiatrie. Et puis, par-dessus le marché, j'ai été élu Président de l'Institut de PsA de New York - "The leiggest in the world". C'est un "boulot" terrible. Vous n'imaginez pas le nombre de sub-Commitees qu'il y a, que je dois créer, pour étudier des questions spéciales, nommer les personnes qui conviennent dans tel ou tel sub-committee de l'enseignement théorique-pratique, le "treatment center" dont le Directeur est Hartmann, l'immeuble que nous possédons et qui est trop petit. La question d'achat d'un autre immeuble ou de l'aménagement de l'immeuble présent, nous placer pour l'avenir ! Tout cela du "business", des questions de centaines de milliers de dollars sur lesquelles je dois prendre des décisions - et dont je ne sais pas grand-chose ! Ce n'est pas drôle. C'est là que je me rends compte, comme pendant la guerre, dans mon rôle de médecin de bataillon, combien la fonction sociale influe sur les actes des hommes, indépendamment de leur personnalité. Je sais que je dois décider certaines choses dans l'intérêt de l'analyse ; je le ferai, même si ces décisions ne sont pas celles que je prendrais dans ma vie privée dans des questions personnelles. Cette élection à la présidence de l'Institut, prise à l'unanimité de nos presque 200 membres, est un grand honneur. C'est la première fois d'ailleurs qu'un "refugee" est élu à ce poste ».