La Revue

Le temps qui passe...
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°118 - Page 50 Auteur(s) : Alain de Mijolla
Article gratuit

Mardi 27 juin 1882 - Freud écrit à Martha : "Ma douce fiancée (note : ils se sont fiancés secrètement le 17 juin...), j'arrache ces quelques feuillets à mon cahier de travail pour t'écrire pendant que mon expérience se poursuit. J'ai volé une plume sur le bureau du professeur. Les gens, autour de moi, s'imaginent que je fais des calculs relatifs à mon analyse ; quelqu'un vient de me faire perdre dix minutes. A côté de moi un stupide médecin de dispensaire est en train d'examiner une pommade encore plus stupide pour savoir si elle ne contient pas quelque chose de nuisible à la santé. Devant moi, dans mon appareil, quelque chose cuit et des bulles de gaz bouillonnent, dont je dois m'occuper. Tout cela nous prêche une fois de plus la résignation et l'attente ; les deux tiers de la chimie consistent en attente, l'existence aussi probablement, et ce qu'il y a de meilleur, c'est ce que l'on s'accorde à soi-même, en cachette, comme je le fais en ce moment."

Samedi 29 juin 1918 - Freud écrit à Sándor Ferenczi "Pendant huit jours, nous n'avions aucune nouvelle de Martin. Comme nous savions qu'il participait à l'offensive, nous n'étions pas du tout à l'aise, et j'ai ressenti cette fois de l'angoisse à son sujet, de façon plus torturante que les autres fois, en fait, peut-être pour la première fois de façon vraiment torturante ; j'ai même rejeté les apaisements évidents tels que : l'artillerie lourde n'a même pas traversé le fleuve. L'analyse m'a montré ensuite la contribution névrotique soupçonnée. Il y avait tout de même là-dedans de l'envie à l'égard des fils, dont je n'avais rien perçu par ailleurs, et c'était l'envie de leur jeunesse."

Mardi 16 juin 1953 - Position de D. Lagache, F. Dolto et J. Favez-Boutonier après leur démission : "Il y a d'autres incohérences : il y a trois ans, la Société, en séance administrative, a refusé de prendre en considération une candidature de membre adhérent parce que la personne en question avait signé un manifeste : "La psychanalyse, idéologie réactionnaire", paru dans la Nouvelle Critique (revue d'extrême-gauche) en juin 1949. Mais ce manifeste était signé aussi par l'un des membres titulaires de la Société qui, après avoir gardé le silence durant la séance, quand fut attaquée la personne co-signataire, n'a jamais été amené à préciser sa position sur ce point. Et ce membre titulaire se trouve ensuite, non seulement toléré, mais investi de charges importantes témoignant qu'on lui fait confiance. S'agit-il d'incohérence ou d'encouragement à une certaine duplicité apparente ? (...) Il est vrai que, depuis quelques temps, les gens "s'expliquent". Mais les séances "d'explication", telle la séance administrative du 2 juin, ne peuvent laisser d'abord que l'impression fâcheuse qu'il s'agit de querelles personnelles plutôt que de discussions d'idées, quand nous voyons un médecin, membre du Comité de Direction de l'Institut, convaincu d'avoir calomnié un autre médecin, membre du Conseil d'Administration de ce même Institut, quand on s'abaisse à des dénonciations sordides sur les prix payés par des élèves admis en Séminaire privé, quand on voit solliciter et commenter des textes pour savoir si c'est le nouveau Président ou l'ancien qui a menti ! Notre inquiétude est qu'un tel "déballage" puisse faire croire qu'il n'y a rien derrière ces discussions que des "règlements de compte", et donner aux futurs psychanalystes, bien qu'absents de ces débats dont les conséquences, sinon les termes exacts, ne peuvent rester inconnus, le sentiment qu'ils doivent perdre toute confiance dans la Société Psychanalytique devant un spectacle semblable (...) Concluons. Il nous paraît impossible de collaborer utilement avec un groupe dont les tendances autoritaires créent un climat incompatible avec le respect des autres et stérilisant pour toute pensée scientifique. Ce climat n'est pas une menace, mais une réalité. C'est celui de la Société Psychanalytique de Paris à ce jour, comme nous l'avons montré."