La Revue

Au commencement...Donald Winnicott, Michel Tournier et la fonction phorique
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°150 - Page 20-25 Auteur(s) : Pierre Delion
Article gratuit

Nos réflexions anthropopsychopathologiques nous conduisent à penser que dans le processus de construction de l’enfant, en fonction de son génome, de son histoire et de celle du groupe auquel il appartient, une identité se construit faisant de lui un sujet à nul autre pareil. Bien sûr, il peut arriver qu’une souffrance psychique en résulte, et avec ce sujet, il faudra déployer tout un art de la rencontre, ce qu’on peut appeler aussi une phénoménologie du transfert, pour l’aider à faire-avec son identité authentique. Ce travail psychothérapique porte sur le monde interne. Or ce monde interne se créé par représentation des expériences que le petit d’homme fait depuis qu’il existe. Et c’est précisément dans cette articulation que l’air du temps vient jouer un rôle fondamental, en fragilisant les fonctions parentales que Winnicott nous a appris à prendre en considération, et qui surdéterminent le commencement. Je veux parler du holding environment et de ses copains de promo le handling et l’object presenting. Je ne pourrai pas développer autant que je le souhaiterais tous ces éléments de la pensée winnicottienne mais au moins vous redonner le goût de le faire. En tout état de cause, je crois qu’au-delà des parents qui semblent fragilisés dans la fondation du monde de leurs enfants, les soignants, aussi bien à titre individuel qu’en équipe, sont également touchés par ce processus qui conduit au burn out un trop grand nombre d’entre eux. Et ce n’est pas avec des remises en ordre sécuritaires de type père-fouettard qu’une solution sera trouvée. Bien au contraire, en remettant en marche les appareils à penser les pensées.
Dans les dernières pages de son journal, découvert par son épouse Clare quelques temps seulement après sa mort, Winnicott citait T.S. Eliott : « Coûtant moins que rien, ce que nous appelons le commencement est souvent la fin, et faire une fin, commencer la fin, c’est de là que nous partons 1 » et il ajoutait, facétieux, « Oh  God !, May I be alive when I die (Fais que je vive au moment de ma mort ! 2) .

On peut dire que jusqu’au bout, Winnicott a su montrer les forces à l’œuvre en lui, en appui sur une bonne sécurité interne. Dans l’article que Clare a rédigé pour L’Arc en hommage à son mari, elle poursuit : « Dès son plus jeune âge, Donald a su qu’on l’aimait. Il connut donc (vous apprécierez le  « donc » à sa juste valeur) dans son foyer une sécurité qu’il pouvait considérer comme allant de soi. Dans une maison aussi vaste, toutes sortes de relations étaient possibles et il y avait suffisamment d’espace pour que les tensions inévitables fussent isolées et résolues à l’intérieur du cadre même. Partant de cette position de base, Donald était libre d’explorer tous les espaces disponibles dans la maison et le jardin, autour de lui, de remplir ces espaces avec des fragments de lui-même et d’édifier ainsi progressivement son monde à lui. Cette capacité d’être chez lui, lui a été très utile tout au long de sa vie. (…). Et chez les Winnicott, tous avaient un sens irrésistible de l’humour, ce qui avec la joie et le sentiment de sécurité que leur offrait leur cadre, signifiait qu’il ne se produisait jamais chez eux de tragédies, mais uniquement des épisodes amusants. 3 » Mais tout le monde ne s’appelle pas Winnicott, et certains de nos contemporains ne disposent pas des conditions personnelles, familiales et matérielles de ce grand praticien, voire même patricien, de la psychanalyse d’enfants. Toutefois on y sent la qualité du lien entre les membres de la tribu Winnicott. C’est dans une telle perspective que le concept de holding, que j’ai essayé, à ma manière, de traduire en français par fonction phorique prend une énorme importance.

Jan Abram nous résume de façon synthétique la leçon winnicottienne en insistant sur ce qui nous servira dans l’éloge de son œuvre. « Les soins maternels, dans leurs menus détails, juste avant et immédiatement après la naissance, constituent un environnement qui contient (holding environment). Cela comprend la préoccupation maternelle primaire qui permet à la mère de donner un soutien nécessaire au moi de son bébé. La tenue psychique et physique dont le bébé a besoin continue d’être importante tout au long de son développement, et l’environnement contenant ne perd jamais de son importance pour personne 4 ». Cette notion est une reprise de l’intuition de Freud au sujet de la césure de la naissance : « la mère, disait-il, qui avait d’abord apaisé tous les besoins du fœtus par les aménagements de son ventre, poursuit aussi en partie la même fonction par d’autres moyens après la naissance. Vie intra-utérine et première enfance sont bien plus en continuum que la césure frappante de l’acte de la naissance ne nous le laisse croire. L’objet maternel psychique remplace pour l’enfant la situation fœtale biologique. Nous ne devons pas oublier pour autant que dans la vie intra-utérine la mère n’était pas un objet, et qu’en ce temps-là, il n’y avait pas d’objet 5 ». Mais l’idée de Freud va plus loin, car je vois dans cette réflexion la matrice de ce qui fondera le concept de « transfert », comme processus poussant le sujet à la recherche de l’objet, une nouvelle fois, lorsque la souffrance psychique le contraint à se faire aider. La continuité de la fonction contenante pour accueillir voire recueillir les fragments d’images du corps lorsque les angoisses mettent en péril la survie psychique des patients présentant des pathologies archaïques est à mes yeux fondamentale. A ce titre, et en prenant un ordre chronologique développemental, et non pas historique, la théorie libidinale freudienne vient se « lover » dans la théorie bowlbyienne de l’attachement qui insiste davantage sur l’importance, programmée génétiquement, des réflexes archaïques comme réponses à la discontinuité de la naissance, avant d’en déduire deux grands types d’attachement secure et insecure.

Mais c’est par la continuité des soins maternels juste avant et juste après la naissance que l’aventure du holding commence, en intégrant tous ces éléments qui peuvent paraître disparates. En effet, les physiologistes de l’obstétrique et les psychologues du développement insistent sur l’entourance du fœtus par le muscle utérin qui créé une continuité entre les deux sujets en interactions, et qui conduit par exemple à une première mise en forme de l’ajustement postural intra-utérin, sur fond de pré-dialogue tonique. Le bébé, une fois né, va investir sa « maman paroi » dans une continuité protectrice, et les réflexes archaïques décrits par les pédiatres à ce stade du développement sont la face neurologique du processus d’attachement, relayée par la libidinalisation de ces expériences, jusqu’à en constituer un mécanisme identificatoire spécifique d’un monde en deux dimensions, décrit successivement par Esther Bick et Didier Anzieu sous le nom d’identité adhésive, et généralisée par Meltzer sous celui d’identification adhésive normale ou pathologique, ouvrant ensuite sur un monde en trois dimensions, celui des identifications projectives normales et pathologiques. Certes, comme nous l’a appris Lebovici, « la mère est investie avant d’être perçue », mais après avoir été un objet 6 procurant des sensations à son bébé, d’abord chaque sensation pour elle-même, puis grâce aux capacités de comodalisation du bébé, et en appui sur la psyché maternelle, les liant entre elles lors des fameux moments d’« attraction consensuelle maximale ». Dans une telle perspective, on comprend mieux l’importance primordiale de la fonction phorique décrite par Winnicott : « La tenue (holding) protège des blessures physiologiques, prend en compte la sensibilité de la peau du bébé (le toucher, la température), la sensibilité auditive, visuelle, la sensibilité à la chute (gravitation), et l’absence de connaissance chez le bébé, de quoi que ce soit d’autre que lui-même. Elle implique une continuité de soins le jour et la nuit et elle est différente pour chaque bébé, parce qu’elle fait partie du bébé et qu’il n’y a pas deux bébés semblables. Elle s’adapte aussi jour après jour aux menues transformations du bébé, liées à sa croissance et à son développement, à la fois physique et psychique 7 ». Ma question depuis longtemps est de comprendre quelles conséquences nous pouvons en tirer dans la thérapeutique y compris dans sa dimension institutionnelle. En effet, Winnicott insiste sur ce point : « dans le traitement des schizoïdes, dit-il, si l’analyste doit être prêt à donner toutes les interprétations possibles sur le matériel présenté, il ne doit pas se laisser entraîner de ce côté car ce n’est pas ce qui convient au patient. Celui-ci a surtout besoin d’un soutien non sophistiqué de son moi. Il a besoin d’être tenu (holding). Cette tenue, semblable au travail de la mère qui prend soin de son bébé, reconnaît implicitement la tendance du patient à se désintégrer, à cesser d’exister, à tomber pour toujours. 8 ». Je crois vraiment depuis maintenant quel­ques années que j’exerce ce métier, que ce que Winnicott nous dit à propos des schizoïdes peut être étendu à beaucoup de pathologies présentées par les bébés, les enfants et les adolescents, voire les adultes. Et c’est sans doute ce qui fonde pour moi la réflexion dite institutionnelle. Et comme souvent dans notre monde de la psychopathologie, le destin pulsionnel est ouvert sur des possibilités qui peuvent conduire le sujet tantôt vers des tragédies tantôt vers des épisodes amusants.

Or, s’il est un écrivain qui a créé des personnages décisifs dans ce domaine, c’est Michel Tournier. C’est d’ailleurs dans son œuvre que j’ai trouvé le concept de fonction phorique qui sous-tend son formidable roman Le Roi des aulnes 9. Je me plais à penser que ces deux personnes auraient dû se rencontrer. J’imagine assez un dialogue du genre : Michel Tournier : « Cher Donald, quand on m’a dit que vous aviez tant travaillé sur cette histoire de holding à propos des soins maternels, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à une notion qui traverse en quelque sorte mes romans, pour affleurer surtout dans l’un d’entre eux pour lequel j’ai beaucoup d’affection, le Roi des aulnes. Quand j’y repense à l’aide des développements que vous avez réalisés de votre côté, je me dis que dès Vendredi ou les limbes du Pacifique, j’étais à la recherche de héros phoriques. Egalement dans les Météores. Et là où il apparaît en pleine gloire, c’est avec Abel Tiffauges. Mais l’influence du poème de Goethe est pour moi un commandement : la mort est au bout du chemin. « Le héros de la bonne phorie, la phorie blanche et salvatrice, le géant Christophe, s’humilie comme une bête de somme sous le poids des voyageurs auxquels il fait traverser à gué le fleuve qu’il a choisi. C’est qu’il y a de l’abnégation dans la phorie. Mais c’est une abnégation équivoque, secrètement possédée par l’inversion maligne-bénigne, cette mystérieuse opération qui sans rien changer apparemment à la nature d’une chose, d’un être, d’un acte retourne sa valeur, met du plus où il y avait du moins et du moins où il y avait du plus. Ainsi le bon géant qui se fait bête de somme pour sauver un petit enfant est-il tout proche de l’homme de proie qui dévore les enfants. Qui porte l’enfant, l’emporte. Qui le sert humblement, le serre criminellement. Bref l’ombre de Saint-Christophe, porteur et sauveur d’enfant, c’est le Roi des aulnes, emporteur et assassin d’enfant 9 ». D’ailleurs Delion avait eu l’occasion de lire un fragment de poème de Yves Bonnefoy, Les planches courbes, il y a quelques années lors d’une journée de la WAIMH, dans lequel le passeur se noie avec l’enfant qu’il porte sur ses épaules : « L’esquif ne coule pas, cependant, c’est plutôt comme s’il se dissipait dans la nuit, et l’homme nage, maintenant, le petit garçon toujours agrippé à son cou. N’aie pas peur, dit-il, le fleuve n’est pas si large, nous arriverons bientôt. Oh, s’il te plaît, sois mon père, sois ma maison ! 10 »

Winnicott : Cher Michel, je n’ai pas eu l’occasion de lire vos romans, mais je crois comprendre ce sur quoi vous voulez insister. Et si votre Roi des aulnes est de la même veine que ce poème de Bonnefoy, alors, bravo !, car pour cet enfant, voilà bien un monde sans mère. « On pense souvent que je parle de la mère et des personnes qui s’occupent des bébés, comme si elles étaient parfaites, ou comme si elles correspondaient à ce que dans le jargon kleinien, ou à Marseille, on appelle une « bonne mère ». En réalité, je parle toujours de la « mère suffisamment bonne » ou de la « mère non suffisamment bonne » parce que lorsque nous parlons de la mère réelle, nous savons que ce qu’elle peut faire de mieux est d’être suffisamment bonne. Le terme « suffisamment », prend progressivement une acception de plus en plus large au fur et à mesure que s’accroît la capacité du bébé d’accepter le manque grâce à sa compréhension, sa tolérance à la frustration 11 ». Donc vous avez sans doute raison quand vous souhaitez déployer dans vos romans, le côté obscur du portage, les risques de la fonction phorique, la refermeture de la phorie sur l’emprise, l’asservissement du petit d’homme. De suffisamment bonne, la mère peut devenir insuffisamment bonne et même tout, sauf bonne. Les carences affectives sont d’ailleurs là, parmi beaucoup d’autres conditions de souffrance, pour nous montrer les conséquences cliniques de tels troubles de la fonction phorique.

Michel Tournier : Cher Donald, « partant du thème phorique, simple comme le geste de poser un enfant sur son épaule, j’ai essayé d’édifier une architecture romanesque par un déploiement purement technique empruntant ses figures successives à une logique profonde. La phorie prend racine dans l’Adam archaïque, puis se développe, s’inverse, se déguise, se réfracte, s’exaspère, toujours couverte par le léger manteau de la psychologie et de l’histoire.12 ». Par exemple dans mon roman Vendredi, lorsque Hunter, le capitaine du Whitebird, propose à Robinson de mettre fin à ses vingt-huit années de solitude sur Sperenza, en l’embarquant avec lui, celui-ci préfère y rester pour cultiver son monde sans autrui, au point de ne même pas poser la question à Vendredi, qui dès lors, est réduit au rang d’animal de compagnie. Il faudra que ce dernier, saisissant la chance qui lui est donnée, s’enfuie de l’île à bord du bateau, pour retrouver une position subjective, le dégageant de l’emprise de son sauveur baptiseur. Et si vous avez l’occasion de lire le Roi des aulnes, vous verrez que mon ogre « relève du type anal, et non pas du type phallique, comme ses deux grands prédécesseurs littéraires Gargantua et Pantagruel (…). Le personnage fantastique de la ballade de Goethe qui cherche à séduire l’enfant, finalement l’arrache à son père pour le tuer 13 ». Mes incarnations de la fonction phorique se sont arrêtées en chemin, au stade sadique anal comme vous le dites, vous les psychopathologues, et je revendique le rôle de celui qui parle ouvertement de la noirceur de l’homme. Quand on tente de comprendre la violence qui envahit le monde d’aujourd’hui, on peut se poser la question du rapport entre cette violence musculaire et cette fixation sur le muscle anal qui n’est qu’un des muscles de l’ensemble du corps. Et c’est vrai, prendre le monde avec ses muscles est moins civilisé que le prendre avec ses représentations.

Donald Winnicott : Oui je comprends mieux ce que vous voulez faire passer comme message sur les risques d’idéalisation pour le petit d’homme, et la nécessité pour vous d’en peindre la face cachée, ses potentialités morbides et meurtrières. Et pour ma part, je vois une explication possible dans le fait que « le bébé doit d’abord dominer : il doit être protégé de tout élément perturbateur. La vie doit se dérouler selon le rythme du bébé, ce qui nécessite que sa mère lui prête attention de façon précise et continue 14 ». Et pour cette attitude maternelle qui doit rapidement être complétée par une fonction limitante en appui sur le paternel, le risque est grand de bifurquer vers les différentes emprises possibles sur l’enfant. Comme une sorte de difficulté à faire confiance au bon niveau et au bon moment à son enfant.

Pierre Delion : Chers maîtres et amis, ne pensez-vous pas que finalement vous parlez de phénomènes complémentaires ? Vous, cher Donald, vous parlez de l’art et de la manière dont on peut élever les bébés en partant d’une réalité des parents que vous décrivez avec forces détails et avec une pertinence qui vous a attiré de nombreux admirateurs winnicottophiles, et si j’ai bien entendu ce sur quoi vous insistez davantage, c’est sur la posture de « mère adéquate sans plus » qui traduit mieux good enough mother selon votre amie Joyce Mc Dougall. En effet, cet élément instaure dès le début de la vie une sorte de prise en compte du principe de réalité assumée par la mère alors même que son bébé est d’abord selon Freud, dans un fonctionnement psychique de type principe de plaisir-déplaisir. Et la tenue, le holding, la phorie qu’elle déploie à cette occasion n’est que le déjà-là de la réalité à venir. On comprend d’autant mieux comment l’assomption par la mère en appui sur le père d’une sécurité de base va envelopper le bébé d’un prêt narcissique à taux zéro à valoir dans son développement. Nul doute que l’adolescence sera un moment particulier pour vérifier que le prêt n’était pas gagé sur des créances irrécouvrables, puisqu’il s’agit d’y montrer qu’on peut déplier de nouvelles enveloppes à partir des anciennes. Si déprime est le petit diminutif affectueux de dépression, on comprend mieux que subprime puisse rimer avec suppression. D’ailleurs vous l’écrivez : « Si la situation se maintient (holding), l’environnement doit être testé encore et encore dans sa capacité de supporter l’agressivité, d’empêcher  ou de réparer la destruction, de tolérer la gêne, de reconnaître l’élément positif qu’il y a dans la tendance antisociale, de fournir et de préserver l’objet qui doit être cherché et trouvé. Dans les cas favorables, des conditions bénéfiques peuvent, au cours du temps, permettre à l’enfant de trouver et d’aimer une personne au lieu de continuer à chercher et à réclamer des objets de substitution qui ont perdu leur valeur symbolique. Au stade suivant, l’enfant a besoin de faire l’expérience du désespoir, et non pas simplement de l’espoir, au sein d’une relation. Une réelle possibilité de vie pour l’enfant se tient au-delà de cette épreuve ». Et vous ajoutez, et vraiment ça me fait très plaisir parce que vous rejoignez les préoccupations de la psychothérapie institutionnelle, que « lorsque l’équipe et le directeur d’une institution ont accompagné l’enfant à travers tous ces processus, ils ont fait pour lui un travail thérapeutique qui est certainement comparable à un travail analytique. 15 »

Et vous cher Michel Tournier, vous avez certes écrit le Roi des aulnes mais aussi, et avant ce dernier, le génial Vendredi ou les limbes du Pacifique. Ceux qui ne l’ont pas lu, devraient, toutes affaires cessantes, se le procurer. Les autres, vous savez déjà qu’il s’agit du récit mettant en musique les différentes façons dont un sujet humain peut se développer lorsque l’environnement n’est justement pas adéquat du tout. Il pourrait aussi s’appeler « la crainte de l’effondrement » comme l’a si bien dit Donald à propos des agonies primitives. Nous y voyons un Robinson, seul survivant d’un naufrage, passer par différents stades de reconstruction de son être-au-monde sur Sperenza, l’île sur laquelle il a échoué. Manquant par définition de holding, il va tenter d’en trouver des avatars successifs en expérimentant différents types de contenants : creuser frénétiquement une pirogue dans un énorme arbre loin de la plage, et réaliser au bout de quelques jours que cette solution était dérisoire, de quoi faire réfléchir par ailleurs les accros du boulot ! Puis la souille, sorte de marécage hanté par le Comte Zaroff, dans lequel le seul agrippement possible est la poussée d’Archimède, ou le tonus pneumatique de Bullinger, formant une sorte de moi-pulmonaire luttant contre la tentation dépressive de la noyade. Puis la grotte fœtale et son petit cratère alvéolaire, contenant minéral dur dans lequel il se love pour y retrouver la conscience minimale de ses limites corporelles, sorte de « remastérisation prénatale » chère à Sylvain Missonnier, et ainsi lutter efficacement contre les angois­ses de démembrement, faute d’un « hand­ling efficace ». Enfin reconstruit a minima, il va faire l’inventaire de son île, notant tout ce qu’elle possède sur le registre du conservatoire de Speranza ouvert à cette occasion, dans une tentative obsessive totalisatrice d’auto object presenting, de représenter toutes les caractéristiques de ses qualités naturelles par leurs seules quantités, précédant de loin la loi HPST (Hôpital Privatisé Sans Thérapeutes) ! La rencontre avec un autre sera dès lors possible, et, comme chacun sait, elle aura lieu un Vendredi. Vous nous montrez là, cher Michel Tournier, la manière dont vous avez reconstitué le développement d’un enfant par le négatif, comme dans le Roi des aulnes, vous nous montrez la fonction phorique par le négatif.

Bref, cher Donald et cher Michel, vous êtes tous les deux de fameux psychopathologues, et je tenais à vous en remercier du fond du cœur. Mais qu’il me soit permis de vous prendre comme objets d’arrière-plan phoriques pour poursuivre ma démonstration concernant les bébés, les enfants et les adolescents qui ont manqué de fonction phorique dans leurs interactions précoces. Les systèmes de soins qui ont été mis au point pour les accueillir, souvent malgré eux, tout enfermés qu’ils sont souvent dans l’auto-agrippement à leurs colères vaines et à leurs récriminations infécondes, doivent être pensés à l’au(l)ne de ce manque fondamental chez eux. C’est dans cette perspective que j’ai depuis longtemps soutenu l’idée que la continuité des soins, traduction en termes de possibilisation, comme le propose Henri Maldiney, de la relation transférentielle, devait bénéficier d’une réflexion métapsychologique sur les différentes formes de transfert en fonction des psychopathologies de chacun des sujets souffrants. Et partant, des différentes formes d’institutions, entendez « cons­tellations transférentielles », en capacités pour les recevoir et les transformer. Les soignants des équipes de pédopsychiatrie qui accueillent des bébés et des adolescents ne peuvent faire l’économie d’une telle réflexion, sous peine de devoir imposer aux patients qu’ils prétendent soigner une fonction phorique digne de la ballade de Goethe mise en musique par Schubert et qui se termine par la mort de l’enfant porté. Conclusions de l’autopsie : maltraitance institutionnelle. Ce ne serait pas à l’équipe soignante de s’adapter aux souffrances psychiques de chaque patient, mais au patient de se mouler dans le protocole qu’elle lui a mitonné pour la souffrance standard qu’il présente. Aussi, pour porter l’enfant sur nos épaules psychiques tout le temps nécessaire mais « juste ce qui suffit » comme le propose Hélène Chaigneau, est-il intéressant de compléter cette première fonction phorique d’une deuxième et d’une troisième qui la dialectise. Une institution digne de ce nom propose des espaces d’accueil et d’observation de la souffrance psychique, comme autant de lieux entourés dans le temps et dans l’espace par un cordon sanitaire constitué des appareils psychiques des soignants, qui peuvent, dans les bons cas, former un « collectif » selon le concept développé par Jean Oury. Alors « faire institution » devient-il possible... Ces limitations concrètes par le prétexte de l’activité thérapeutique, par la permanence de son horaire, de sa fréquence, ses faibles variations dans le processus du soin d’un enfant, sont comme autant d’occasions d’exercer un portage de la souffrance psychique de l’enfant, une fonction phorique. En rester là serait déjà utile, mais ne requiert que les compétences du monde de l’aide à autrui. Par contre, mettre son appareil psychique de soignant à la disposition de cette souffrance qui s’y exprime de différentes manières est une réponse subjectale au processus transférentiel qui cherche à s’y déployer. Cette fonction que je qualifie de sémaphorique (je suis porteur des signes de souffrance psychique du patient qui ne peut toujours l’exprimer par le langage articulé dans une parole) peut s’apparenter au contre-transfert et aux contre attitudes produites par les soignants en relation avec les phénomènes transférentiels dont ils sont sujets. Chacun des soignants peut travailler pour lui ces aspects de son aventure professionnelle sur le mode de la supervision individuelle ou groupale, et cette approche est non seulement nécessaire mais extrêmement formatrice. Dans d’autres cas, tels que ceux de pathologies graves de la personnalité, il peut être intéressant de recourir à des approches institutionnelles, telles que celles qui ont été décrites par Tosquelles avec sa « constellation transférentielle » ou Racamier avec son rappel de la recherche menée à Chesnut Lodge par Stanton et Schwarz. Cette troisième fonction que je nomme la fonction métaphorique est une façon institutionnelle de faciliter le travail de transformation des éléments bêta bizarres qui envahissent souvent le champ transférentiel de personnalités pathologiques, notamment psychotiques et border line.

Ce faisant, une institution devient un espace d’accueil de la souffrance psychique qui tente de s’ajuster à chaque patient au niveau pertinent, et permet aussi bien au bébé avec ses parents, qu’à l’enfant ou l’adolescent, d’y rencontrer à nouveau les objets perdus-trouvés-créés à partir desquels il pourra reconstruire sa narration en première personne. Nul doute que Winnicott, en nous laissant l’héritage ouvert qu’il portait en lui depuis sa toute petite enfance, et qu’il n’a cessé d’enrichir tout au long de sa vie, nous permet de penser, chacun de nous, en première personne, et contribue ainsi à endiguer la confusion qui résulte aujourd’hui de toutes les attaques que la psychopathologie psychanalytique subit de plein fouet.

Notes

1- Eliott, TS., « Little giddings : the four quartets », in Winnicott, L’arc, 69, 1977, 28.
2- Britton-Winnicott, Clare, « D. Winnicott en personne », L’arc, 69, 1977, 28.
3- Id., 30-31.
4- Abram, J., Le langage de Winnicott, Trad. Athanassiou, C., Popesco, Paris, 2001, 356.
5- Freud, S., Inhibition, symptôme, angoisse, Œuvres complètes, XVII, PUF, Paris, 1992, 254.
6- Objet est un terme problématique. Il s’agit plutôt à ce stade de l’intégrale des objets partiels décrits par Klein. Mais il y aurait tout intérêt à réfléchir sur le vecteur « contact » tel qu’il a été proposé par Szondi puis réélaboré par Schotte pour résoudre la question du pré-objectal. Dans ces moments d’intégration précoces, les rythmes (Maldiney) peuvent déjà constituer une première matrice contenante.
7- Winnicott, DW.,(1960) La théorie de la relation parent-nourrisson, De la pédiatrie à la psychanalyse, Payot, 1969.[Abram 358]
8- Winnicott, DW., (1963) « Théorie des troubles psychiatriques en fonction des processus de maturation de la petite enfance », Processus de maturation, Payot, 1970. [Abram, 360]
9- Tournier, M., Le roi des aulnes, Le vent paraclet, Gallimard folio, Paris, 1979, 125
10- Bonnefoy, Y., Les planches courbes, Mercure de France, Paris, 2001, 99-104.
11- Winnicott, DW., (1952) Lettre à Roger Money-Kyrle, Lettres vives, Gallimard, Paris, 1989.
12- Tournier, M., op., cit., p129.
13- Id., p.118.
14- Winnicott, DW., (1947) « La haine dans le contre-transfert », De la pédiatrie à la psychanalyse, Payot, Paris, 1969.
15- Winnicott, DW., (1956) « La tendance antisociale », De la pédiatrie à la psychanalyse, Payot, 1969.