La Revue

N'ayons pas peur de la psychothérapie
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°41 - Page 22-23 Auteur(s) : Priscilla Faure
Article gratuit
Livre concerné
N'ayons pas peur de la psychothérapie

C'est sous forme d'entretiens avec l'écrivain Christophe Hardy, qu'Hélène Brunschwig a choisi de nous transmettre sa riche et solide expérience de psychothérapeute d'enfant et d'adulte. Avec un style qui échappe à toute obscurité théorique, l'auteur nous invite à comprendre quelle est sa démarche, quelles en sont les potentialités mais aussi quelles en sont les limites.

Voici un livre limpide, pédagogique et passionné où l'auteur, guidé par sa pratique de la thérapie par la parole, aborde plusieurs thèmes essentiels. H. Brunschwig nous montre par exemple comment se déroule le premier entretien avec l'enfant ou l'adulte, quels en sont les enjeux et quelle en est l'importance. Toujours guidée par un grand sens de l'humanisme, l'auteur écoute le patient, l'oriente et lui ouvre des perspectives nouvelles tout en lui laissant la liberté de choisir ce qu'il veut. Une première rencontre ne signifie pas un engagement définitif et irréversible dans un travail thérapeutique.

On apprécie la façon avec laquelle elle aborde les aspects pratiques du premier entretien (qui doit venir ? quel est le cadre ? comment le dialogue s'établit-il ? etc...). Cela donne au lecteur la possibilité d'imaginer cette rencontre. Et c'est assurément un des mérites de ce livre que de permettre au "futur patient" de l'anticiper. En une cinquantaine de pages, l'auteur nous donne un aperçu général de la théorie et de la clinique de différentes approches thérapeutiques (la thérapie comportementale, la psychanalyse, la thérapie "à caractère analytique", la thérapie de soutien, la thérapie familiale et les thérapies brèves). Les principes de bases, les similitudes, les spécificités, les objectifs et les limites de chaque approche sont abordés avec simplicité et pédagogie. Comme dans bien des pages de son ouvrage, H. Brunschwig éclaire ici ses propos théoriques par des observations vivantes et démonstratives. On note la force avec laquelle l'auteur exprime sa volonté de travailler en complémentarité avec d'autres professionnels. Et on apprécie, à ce propos, la façon dont elle nous fait part de son travail avec Dominique Spieth, relaxologue.

On lira également avec intérêt les deux chapitres intitulés "la mobilisation du passé" où l'on voit en quoi cette mobilisation est une forme de réponse possible à la souffrance. Le thérapeute favorise chez le patient l'émergence de souvenirs attachés à des affects pénibles. Il ne s'agit pas, comme le souligne l'auteur, "d'en rester à l'émotionnel douloureux, mais d'élaborer une situation passée, de lui donner sens et de lui retirer son caractère pathogène et traumatique". La technique principale utilisée pour "mobiliser le passé" est la régression. Celle-ci consiste à faire revenir le patient à un stade précédent, déjà vécu, de son évolution psychologique. La régression est utilisée par le thérapeute comme technique de réparation. Ainsi, chez l'enfant, la régression est favorisée par le ton de voix du thérapeute ou par le jeux. Cela permet au patient "de revivre dans de bonne condition et de manière symbolique une étape de son développement qu'il a mal vécu ou qu'il a manqué ".

On retiendra aussi le cas évocateur du petit François où l'auteur propose l'idée que le thérapeute est animé par une "rêverie" qui lui fait anticiper la guérison de son patient. Cette "rêverie" comparable à la "rêverie maternelle" dont parle W. Bion et D.W. Winnicott complète le travail d'interprétation du thérapeute et forme "comme un tissu psychique, qui soutient la cohérence de l'évolution du patient." Le livre d'Hélène Brunschwig est riche avant tout d'une expérience dans l'art du contact, de l'écoute et du dialogue avec les enfants et les adultes. La rencontre avec le "psy" se trouve ainsi dédramatisée, aussi bien pour ces derniers que pour leur entourage.