La Revue

Héros de l'enfance, figures de la survie
Agrandir le texte Réduire le texte Carnet/Psy N°41 - Page 20 Auteur(s) :
Article gratuit
Livre concerné
Héros de l'enfance, figures de la survie

L'ère est à la nostalgie. Le joli mois de mai d'il y a 30 ans, Louise Brown, le premier bébé éprouvette, 20 ans passés, la mort de Françoise Dolto, 10 ans déjà. La musique d'aujourd'hui "remixe" les sons d'hier. La peinture "relooke" de sa modernité les trésors des siècles derniers et pas un jour ne passe sans qu'un nouveau Celine, un Zola en herbe ou un Camus ne nous soit annoncé.

L'ère est à "la compil", "remastérisée", des goûts d'hier aux couleurs d'aujourd'hui. Il faut alors, toute affaire cessante, s'offrir "la compil" Puyuelo. 170 pages de bonheur, de liberté et de rêve : Ecritures de l'enfance. La vie est un roman écrit Pennac, un songe, assurait Pirandello, une fiction. Et Rémy Puyuelo, psychiatre, psychanalyste, d'assembler dans sa ville rose, depuis des années, les petites perles de vie et de rencontres dont il nous livre ici un aperçu, par ces textes déjà connus, car pour la plupart publiés dans d'autres ouvrages depuis le début des années 80.

14 textes, retrouvés, et qui dans cette réedition commune s'assurent un écrin à leur mesure. Et en prime une ouverture et un final où s'affichent l'enfance, la solitude, la survie, la souffrance et l'amour. N'oublions pas un texte original "L'enfant du limbe et les géomanciers" qui, dans sa perspective de traiter de l'importance de l'historicité, du travail de mémoire et de la transmission, inscrit singulièrement les autres textes, déjà connus et lus, dans l'histoire "à retardement" d'un auteur engagé, "pédopsychiatre particulier", dont la qualité de présence au monde et à l'autre apparaît à chaque détour de phrases.

La lecture buissonnière de ce livre est un véritable enchantement. Car y sont aussi convoquées nos tempêtes internes et nos passions intimes, nos souvenirs immortels de notre passé, nos peurs obscures, nos douleurs et nos élans. Tout y dit la violence du "sentiment d'enfance", sa familiarité et son étrangeté, cette impossible destinée ou parfois cette "résilience" dirait Cyrulnik, cette "survivance" reprendrait Bettelheim qui fait que l'enfant construit et déconstruit, à sa manière, unique, sa vie et notre vie.

L'enfance est un mythe, un pays de cocagne et Rémy Puyuelo en tient ici une chronique sensible et délicate, pleine d'humanité et d'espoir. Dans The Little White Bird paru en 1902, avant Peter Pan -grand oublié de ce livre de Puyuelo avec Le Petit Prince ou Oscar le tambour- J-M. Barrie rapporte qu'à la naissance les enfants sont d'abord des oiseaux, qui perdront ensuite leurs ailes, tout en conservant le désir d'un impossible envol. Rémy Puyuelo nous apprend que le travail de la pensée et les liens conservés avec l'enfant qui est en nous donnent aux adultes que nous croyons être des ailes. Même si, comme l'écrit Hector Bianciotti, "on n'en finit pas de guérir de son enfance".